Société Landaise des Amis de Saint Jacques et d′Etudes Compostellanes - Retour Accueil
Forum Privé
Français English Castellano
Here you are at Home > Pilgrims infos > Tours route

La voie de Tours

C’est la plus ancienne voie vers Saint Jacques de Compostelle, déjà décrite dans le Guide du pèlerin d’Aimery Picaud au XIIe siècle. Venant de Tours, en Indre et Loire, elle traverse les Landes sur environ 150 kilomètres en passant par Dax, première station thermale de France et Sorde l’Abbaye, fondée par les Bénédictins au XIIe siècle et classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Contact pour cette voie : Bernard Bellocq 06 30 75 80 30.

Cliquez sur les repères dans la carte pour des infos détaillées et pratiques

Liste des hébergements

Télécharger le PDF

Infos, actus

puce En passant par Fosse Guimbaud.

. . . Les pèlerins venaient de quitter Lesperon, commune des Landes à la limite du Marensin. Ils se pressaient sur ce chemin incertain où se glissaient les malfrats résidant au château du Souquet au lieu dit Navarre, pour atteindre Tracoulet puis le sentier de Boos, village voisin. Non loin de ce dernier, les jacquets se dirigeaient plein sud en direction de l’hôpital Fosse Guimbaud. Sur ce plateau parsemé de dunes, le pèlerin pouvait voir dans le lointain de la lande rase un changement de végétation, filandre verdoyante et sinueuse qui laissait deviner les premiers méandres d’un ruisseau : l’Escourion. En arrivant, non loin du ruisseau, les pèlerins fouleront la terre où, en 982, se déroula une mémorable bataille, conflit qui opposa le duc Guillaume Sanche à Arald chef des Normands qui avaient pris possession de la contrée. En descendant vers le ru, à main droite s’élevait une chapelle qui selon la légende a été construite par Gombaud, frère de Guillaume et évêque des Aquitains, en l’honneur des combattants. Le gué franchi, sur la gauche et au sommet d’un 'tuc', se dressait l’hôpital. Cette bâtisse était à l’écart du village de Taller comme il était d’usage à l’époque. Il aurait été construit au Xème siècle et était affermé au prieur de Taller. Il figure dans plusieurs actes dont 'l'hospitali de Hoce Guibaut' en 1274, 'Prior de Fosse Gybaut' en 1312 . . . En 1626, il portait encore le vocable de Saint-Jacques. Dans un ancien registre, en 1793, sur une délibération du conseil municipal, est donnée l’autorisation de la récupération de ce qui restait des pierres de l’hôpital par les habitants des alentours . . . Pierre IMM

puce